31/07/2011 11:08am

Sous la couette cacahuètes, un bol de Uncle Toby’s comme p’tit déj – je deviens un aussie à quand le Végémite ? Lazy Sunday en perspective, je relis en diagonale les quelques titres de journaux en vrac chez moi et sur la toile.

Cette semaine, deux sources d’inspiration majeure pour les australiens. L’une sportive, Cadel Evans, vainqueur du Tour de France, illustre à lui seul le courage et la détermination. Il rend aussi hommage à l’Australie, nation sportive par excellence, et sa victoire suscite déjà de nombreuses vocations chez les poussins australiens. L’autre artistique, il s’agit de Margaret Olley, muse et mentor pour toute une génération de peintres en Australie, ambassadrice de l’art et philanthrope. Portraiturée de nombreuses fois ; deux des portraits de Margaret  – l’un par William Dobell et l’autre par Ben Quilty – ont remportés le très prestigieux  Archibald Prize. Le portrait de Margaret par Ben Quilty est d’ailleurs fabuleux, une explosion de couleurs, de la vivacité dans les traits, la peinture lit l’âme de cette grande artiste. J’ai eu la lueur d’esprit et la chance de visiter l’expo pour voir cette peinture grandeur nature.

Moins drôle, le présumé coupable DSK et sa victime présumée reviennent dans la danse. Sortie médiatique de la femme qui accuse DSK de viol. La bataille judiciaire et médiatique est engagée pour de bon. Les républicains et les démocrates aux Etats-Unis se tirent dans les pattes avec en jeu la colossale dette américaine. Un peu de mauvaise foi côté républicain… après tout le bourbier économique est la réussite de Bush fils.

Dallas cet univers impitoyable, les tontons flingueurs Murdoch Père et Fils tiennent la baraque. Mieux qu’un film de gangsters, gros sous, écoutes téléphoniques, corruption de poulets, mort inexpliquée d’un reporter, démissions à gogo. Faut dire que Montesquieu n’avait pas prévu dans la balance le 4ème pouvoir, celui des médias, pilier de la démocratie. Car sans journaux, pas d’expressions, pas de débat public.  News of the World pose la question des limites du journalisme d’investigation, jusqu’où peut-on aller ? mais aussi de la concentration d’un empire de presse au sein des mains d’un seul homme. La question peut sembler facile, mais les tabloïds anglais ont un peu plus de panache que le ventre mou des quotidiens français. Murdoch c’est pas un enfant de chœur faut pas se leurrer, et je ne vais pas et ne veux pas le défendre, mais en France à part  le Canard, qui est capable de déstabiliser le pouvoir ?… pas de bruit dans la salle. C’est bien ce que je pensais.

Concilier une presse indépendante, un journalisme d’investigation éthique et un contre-pouvoir démocratique : fastoche, hein ? Sur ce, à la semaine prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s