17/10/2011 ou qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

Je ne parle pas de ma tronche de cake lundi matin : les paupières à demi levées, le teint « poisson pas frais » et de la nécessité de se coucher plus tôt le dimanche. Non je fais référence à un débat qui a eu lieu sur Twitter hier. Débat un peu brusque suite au billet un peu brutal d’un certain Edouard. @EdouardH17 s’est pris hier un tsunami de commentaires sur son blog et de tweets sur son compte Twitter pour avoir critiqué un documentaire nommé « la gueule de l’emploi ». Il critique selon ses termes la « bisounourserie » des gens qui refuseraient la réalité à l’embauche. Je ne vais pas m’attarder sur ce qu’il dit, vous n’aurez qu’à le lire sur le lien suivant http://chroniques-passageres.tumblr.com/

Je pense fondamentalement que nous prenons le problème à l’envers. Le problème n’est pas la sélection à l’embauche. Le processus de sélection n’est que la traduction d’un besoin (l’emploi vacant) auquel l’entreprise souhaite allouer la meilleure ressource ou la plus adaptée (le candidat). POINT. On peut critiquer les méthodes absurdes et cruelles, mais la sélection existe et existera. Le problème, et Edouard le mentionne dans son post, est plutôt que notre système éducatif ne prépare pas tout le monde à cette sélection. Si l’on fait une prépa HEC comme Edouard, il semblerait que l’on y soit préparé. La prépa prépare. En quelque sorte, les « terribles colles » de mes années Khâgne en sont l’équivalent sadique. Je plaisante bien sûr haha. Mais voilà, tout un pan de l’éducation pour des raisons X ou Y qu’elles soient politiques, idéologiques ou philosophiques, se rechigne ou omet de promouvoir un enseignement professionnel. Par enseignement professionnel, j’entends un enseignement qui prépare à la vie professionnelle. Il est donc dommage de ne pas voir les prépas, les universités et autres écoles partager les meilleures pratiques en ce domaine. L’enseignement doit savoir mêler la science (ou théorie) à la pratique. Entretien de simulation, simulation stratégique, travail en groupe, préparation à l’oral, rédaction de CV, devraient être présents au même titre qu’Hegel ou Nietzche. Je regrette cette absence ou lacune dans les prépas littéraires et les facs. Sous prétexte que l’on prépare les élèves à la très prestigieuse ENS ou de prétendre à l’ascétisme du chercheur, on ne prépare pas les élèves à la « vie réelle » (ce terme est bidon, nous sommes d’accord).

La « bisounourserie » n’existe pas. En temps de crise, la « réalité » est dure comme l’acier. Mais s’il est naïf de croire qu’il n’y a pas de sélection à l’emploi, il est coupable de ne pas y préparer les jeunes. Merci Edouard pour tes vues. Ciao et à bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s