Le 27/12/2011 ou parole, parole, parole…

Souvenez-vous, je disais le 06/12/2011 « Sur ce, à la semaine prochaine (Promis cette fois !) avec un poil plus d’actu. ».  Haha et vous bêtement vous m’écoutez sans broncher. Haaaa souvenirs, souvenirs… je me souviens d’un certain Monsieur Blondy en licence de com’ au Celsa. Le personnage (car Blondy était un personnage) était un mélange de Mister Pringles et de Clémenceau, l’image d’un gentleman du XIXème siècle. Et quelle belle moustache ! Son cours portait sur la communication politique ou quelque chose qui s’en rapproche, mais peu importe l’intitulé. Très charismatique, l’imposant Blondy clamait ses textes à haute voix dans l’amphi de l’école de Levallois réveillant la petite centaine d’élèves endormis. Je me souviens encore très bien des cours sur la lettre de cachet qui soustrait les puissants à la justice commune, sur les idéologies politiques et le progressisme tirant son origine d’Alexandre le Grand et de Jésus. Il voulait nous « déniaiser » et ça faisait rigoler tout le monde. Entre autre ce passage sur une citation qu’il attribuait à Charles Pasqua : « les promesses de campagne n’appartiennent qu’à ceux qui les croient ». Autrement dit, la communication politique ce n’est que du vent. Et je tairais sa métaphore sur la communication politique et la vaseline. Humm, bref pas très orthodoxe.

Le mensonge… tout comme l’été australien qui tarde à venir – il est carrément en retard, il traîne des pieds – pensif, passif, poussif, quel cancre celui-là ! Alors bien sûr, faut que je vous raconte : Nathalie et moi avons finalement réussi à faire la fameuse balade Coogee – Bondi le long de la côte. Nous avions prévu le parapluie, car la dernière fois un orage monstrueux s’était abattu sur nos deux petites têtes. Sauf que là, malgré les nuages gris au départ de la maison, le ciel s’est éclairci et nous avons eu une après-midi magnifique. Qui dit plein soleil en Australie dit coups de soleil, surtout en l’absence de crème solaire. Oui, oui marrez vous, nous étions rouges comme des tomates. BIAFINE quand tu nous tieeeennns !

Noël à Sydney a une saveur différente, il manque la neige, les sapins, la famille. Pour nous consoler, notre premier réveillon orphelin (orphan Christmas) – les Rémi sans famille se sont réunis le réveillon du 24 pour fêter la naissance du petit Jésus et manger à ne plus finir foie gras, champagne et fromages pour se venger de l’éloignement avec notre belle patrie. Le 25, les Australiens fêtent Noël autour d’un barbecue à la plage (on dit « barbie » ici). Le soleil était au rendez-vous (on a plus l’habitude :-p) et l’odeur de viande grillée flottait dans l’air (je ne parle pas des anglaises brûlées ici). J’ai même accompli l’exploit de manger un cheeseburger au McDo (on dit « Maccers » ici). What else ? Entre les saucisses sur le grill et celles coincées dans des mini-shorts ensablés (on dit budgie-smugglers pour moule-bites), que d’émotions ! Haha ! Le 26, c’est Boxing Day ! A l’origine, c’était un jour où l’on offrait des cadeaux aux amis et aux voisins après avoir pourri gâté les enfants. En Australie, c’est le jour du début des soldes et le départ de la course de voiliers Sydney-Hobart. Nous avons opté pour… le shopping. Réveil tôt le matin, armé de nos piécettes pour combattre une horde monstrueuse de femmes déchainées. C’est la guerre, les vêtements sont par terre, la musique dans les magasins est assourdissante, la police régule les flux des Myers et autres David Jones, Nathalie se transforme en Captain America pour sortir de Cotton-on avec un short à 10 dollars, je suis toujours vivant !  Arrivée le soir de Séverine tout droit venue de Hongrie. Les nouvelles de Budapest ne sont pas bonnes et les nationalistes tentent de chasser les investisseurs étrangers.

C'est beau l'amour paternel!Pendant ce temps-là dans le reste du monde, tout va mal comme d’habitude. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il est mort provoquant des scènes de désespoir parmi les foules. Faut dire qu’entre la propagande communiste (voir les zolis dessins de Kim Jong-il sur Owni), le culte de la personne, et la crainte de ne pas paraître assez triste lors des funérailles du dictateur (car là-bas on vous tue pour moins que ça), ça fout un gros bordel. Haaaa la Corée du Nord, joli pays complètement anachronique qui célèbre les succès d’un modèle économique engendrant famines et pauvreté absolue ! Quelques photos par ici si vous voulez visiter. C’est sympa, non ? Enfin, Kim Jong-un aura l’honneur de remplacer son affreux papounet Kim Jong-il : ils ont la même corpulence, le même faciès rondouillard et les lunettes Ray Ban sur les photos, donc tout va bien. La Corée du Nord est en avance sur son temps question clonage humain.

Je suis un peu triste quand même, car ces dernières semaines ont vu la condamnation de notre Chichi national, Jacques Chirac. Le seul président de la République française à avoir cumulé 80% des voix. Seul Kim Jong-il a fait mieux avec un impressionnant score de 100% ! Oui, ensemble tout devient possible pour citer un autre poète présidentiel. Alors les emplois fictifs de la mairie de Paris sont une affaire dont j’entends parler depuis que je suis tout petit. Et patati et patata…, aujourd’hui enfin après des années de bataille judiciaire, le jugement est rendu. Chirac est condamné à deux de prison avec sursis. La presse et encore plus les citoyens semblent s’en moquer. Peu de bruit pour une affaire tout de même énorme. Comme le souligne très bien, le New York Times (ici pour lire), Jacques Chirac est le deuxième chef de l’Etat à être condamné après… Pétain. Tout ça pour au final pas grand chose. Et j’ose dire que les emplois fictifs de la mairie de Paris sont une histoire qui fait PSCHIIIIITTTT

Les temps changent : les hommes et les systèmes avec. Le financement occulte des partis politiques, c’est fini. Souvenez-vous de cette belle époque où il était possible d’acheter l’indépendance des experts. Servier et le Médiator (pour ceux qui ont la mémoire courte, ici une petite rétrospective). Belle campagne de pub pour la Pharma. Merci ! Le Nouvel Observateur titrait Morts sur ordonnance. C’est dire l’amour que l’on porte pour les labos. Travaillant pour l’industrie, et voyant combien elle est réglementée et surveillée, il est indispensable de tirer un trait sur les erreurs passées, de dire haut et fort qu’il est scandaleux d’offrir 1,2 million d’euros de rémunération à un ancien de l’Afssaps (l’agence du médicament) devenu consultant pour Servier (source le Figaro ici – voir aussi l’étrange Monsieur Alexandre sur le Nouvel Obs). On ne pourra être crédible auprès du grand public et surtout auprès de nos patients que lorsqu’une éthique digne de ce nom régnera. Le Mediator doit servir d’exemple et guider les règles d’une nouvelle réglementation de la santé. Lire ici l’interview très éclairante du Monde du directeur de l’Afssaps Dominique Maraninchi. L’industrie pharma ne doit pas pour autant être lynchée, prise à partie, montrée du doigt comme un bouc-émissaire. Le politique doit travailler avec les laboratoires pharmaceutiques et les instances de santé pour mettre en place un système de santé qui encourage l’innovation R&D, contrôle les coûts, et s’adapte aux besoins du patient. Mission impossible ? Cet accord se nomme en Australie le Memorandum of Understanding signé entre l’instance représentant les labos et le Ministère de la Santé. L’accord assure une baisse des prix des médicaments en fin de brevet et un processus plus rapide et moins bureaucratique pour le remboursement des molécules innovantes. Loin d’être parfait, l’accord satisfait les parties prenantes : un contrôle des coûts de santé d’une part, l’innovation R&D encouragée de l’autre. Tout cela au bénéfice du patient.

Pour finir sur une note positive, un peu d’amour avec cette interview d’un homme guidé par la haine. Alexeï Navalny, le « hamster du Net » dit de Poutine : « Le motif principal de mon engagement, c’est la haine. Je déteste ce régime, ces gens, et concrètement Vladimir Poutine qui a créé un pouvoir d’escrocs et de voleurs. » C’est beau ! Les valeurs de partage et d’empathie pour les fêtes sont donc toujours aussi vivaces, on peut dormir tranquille. A l’année prochaine 2012 OUI 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s