Le retour du bâton

Couv' de Libé du 25 avril à la suite des propos de Sarkozy sur le FN

On pensait, certainement à tord au vu de la situation aujourd’hui, que le sarkozysme en intégrant certains thèmes du Front National allait faire capituler ce parti. On pensait qu’en désinhibant la droite républicaine sur les sujets de l’immigration, de l’identité nationale, des frontières, nous allions enlever le pain de la bouche aux tenants du Front National. Et l’élection de 2007 est l’illustration de cette stratégie de l’UMP de récupération des votes du Front National et d’essoufflement d’un parti qui avec Jean-Marie Le Pen était arrivé au second tour de l’élection présidentielle en 2002. Au final, intégrer une dynamique nationaliste au sein de la droite républicaine, c’était lui permettre de gagner en audience tout en supprimant un parti qui gênait. Sauf que voilà, ça ne se passe pas comme prévu. Sans parler du résultat final de l’élection présidentielle, on peut déjà voir se dessiner une certaine dynamique. La droite républicaine, l’UMP, s’est décomplexée à un tel point que les modérés de cette même droite ne se reconnaissent plus. La droite nationaliste, le FN, a gagné des voix. Elle a d’ailleurs gagné beaucoup de voix : 1,6 millions d’électeurs en plus par rapport au record historique de 2002 lorsque le FN était passé au second tour. Bien que n’étant « que » le troisième plus grand parti de France, 2012 marque l’apogée du FN et la consécration de son nouveau leadership en la personne de Marine Le Pen. Ainsi, la propagation des idées nationalistes par la droite républicaine a renforcé la légitimité de ces thèmes, et surtout musclé l’assise de la droite nationaliste. Ce qui m’inquiète un peu est la suite des événements. S’achemine t-on vers un affaiblissement de la droite républicaine au profit du Front National ? Le scénario catastrophe pour la République serait la disparation de l’UMP. Car un UMP débraillé, c’est un FN super-puissant. Marine Le Pen se voit déjà comme le chef de la droite. Elle a en apparence toutes les qualités supposées d’un grand leader. Mais son discours va à l’encontre des valeurs de notre République. L’alliance supposée ou voulue entre l’UMP et le FN représenterait une énorme défaite pour la droite républicaine. Elle confirmerait non seulement la légitimité des thèmes nationalistes, mais elle risque de légitimer le Front National comme parti de gouvernement. Les législatives et les triangulaires avec le FN seront donc à suivre de très près. Il serait un peu hâtif de vouloir la mort d’un parti, parce que son président-chef, Nicolas Sarkozy, n’a pas été plébiscité par le peuple. Il convient pour la droite républicaine de revenir aux fondamentaux, non pas les fondamentaux populistes et nationalistes, mais aux fondamentaux républicains. Il faut aussi savoir être fier de la France, de ses origines, de ses combats contre l’absolutisme, pour la laïcité, pour la méritocratie. C’est cela la République. Si les dirigeants de l’UMP ne le comprennent pas, Marine Le Pen s’en chargera pour eux.

Le FN des champs - la conquête des terres électorales par le Front National
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s