Le blog, summum de la liberté ou dictature de la transparence ?

Untitled 2005, Stephen Birch, exposé au MCA

Florent Pagny, en Patagonie, en poncho et en santiags, claironnant : « personne ne me prendra ma liberté de penser ». Je suis à l’image de ce grand artiste de seconde zone. Heureux et fier de mon petit blog pourri où j’exprime deux ou trois opinions médiocres et banales. Mais voilà, le plaisir d’écrire sur mon petit carnet le matin dans le train et celui de la mise en page sur cet espace personnel en ligne sont des éléments qui rythment ma vie (viedemerde.com ?).

Seulement voilà, un blog est un espace public. Et même en étant classé bloggeur influent (dans la région de Beauvais), ma renommée internationale à Suresnes pourrait un jour me jouer des tours. Pour ce faire, il faudrait éviter les sujets qui fâchent, donc qui intéressent, éviter la politique car c’est un sujet fâcheux, éviter d’exprimer une opinion donc être insipide et indolore, éviter d’être subjectif alors que c’est tout l’intérêt d’un blog : l’expression d’un sujet (moi) pensant et d’une voix originale et propre. Je pourrais aussi me focaliser uniquement sur mon domaine de compétence en décortiquant l’actualité sous l’œil aiguisé du communicant comme je l’avais fais il y a quelques années pour le blog du CELSA. Je pourrais aussi simplement relayer quotidiennement les principales actualités dans le domaine de la santé et de la communication, je fais d’ailleurs la veille au boulot tous les jours sur ces sujets (une pierre deux coups). Mieux, nombre de blogs s’attachent à n’être qu’une succession de vidéos rigolotes et niaises de petits chats, et autres absurdités (à la recherche du LOL perdu).

On sait bien qu’aujourd’hui la famille, les amis, les collègues, les recruteurs sont en ligne. Et la liberté d’expression totale que peut donner en apparence les réseaux sociaux est cruelle, car le moment voulu « on te loupera pas ». Nul ne veut mettre sa carrière au cimetière pour avoir écrit un post controversé il y a deux ans. Quelque part, le bloggeur, avisé, connaît les risques. Il peut limiter la publicité de son blog à ses seuls amis, ne pas attacher son nom au blog et prendre un pseudo, faire en sorte que son blog ne remonte pas trop dans les résultats de recherche. Un peu tout le contraire du potentiel des réseaux sociaux. Mais c’est une option. Le bloggeur veut être libre d’exprimer ses opinons personnelles, tout en évitant de se « griller » aux yeux du public. Le blog est un espace personnel donc attachant ; un espace public donc dangereux. Il est à double tranchant. Il est l’expression de soi tout en étant à la vue des autres.

Publicités

2 réflexions sur “Le blog, summum de la liberté ou dictature de la transparence ?

  1. Entièrement d’accord avec vous. Je ressens aussi ce problème: une sorte de « dictature soft » où d’un côté, les repères naturels traditionnels disparaissent, et de l’autre tout ce qui n’est pas « politikement korrekt » est rejeté sans ménagement…. mais bien sûr de manière sournoise.
    Ce que beaucoup, beaaucoup de gens ne réalisent pas (encore), c’est par exemple que sur n’importe quel site où on laisse son nom, celui-ci devient automatiquement un mot de passe. Ce qui fait que dans le millième de seconde, n’importe qui sur la planère, saura que « Tartempion » est allé sur un site, en tapant son nom. Mais ça la plupart des gens me regardent comme des ruminants lorsque je leur dit ça. Avec bien sûr des remarques de haut niveau comme « T’es contre la modernité, toi » ou  » T’es pas cool ».
    A suivre.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s