L’Entretien

Ça y est, tu as décroché un entretien après avoir harcelé par mail et par téléphone la nuit le pitbull qui fait office de secrétaire. Notez qu’aujourd’hui on dit une assistante de direction, on croirait que c’est la numéro 2 de la boîte. Te voici fin prêt, habillé en mannequin Armani (enfin version pauvre, Celio), tu as mis ton eau de Cologne et tu rencontres LE responsable des ressources humaines.

L’homme d’une cinquantaine d’années mange des stagiaires au petit déjeuner. Mi-chauve mi-poilu, il apparaît comme un étrange hybride entre un homme, un ogre et Patrick Sébastien. Des dents noircies par la cigarette et un bide formé à force d’arrêter de fumer sur les « conseils avisés » (ordres) de sa femme.

Je me dirige vers le siège social, tour de verre et d’acier, je suis dans la gueule du loup. Réception, « asseyez-vous là s’il vous plaît », attente sur fond de musique classique d’ascenseur. Il arrive. L’homme doit être descendant des Thénardiers ou de Hulk. En bon business man, il me broie la main et nous nous installons dans une salle sans fenêtre digne des plus belles heures du KGB. Echanges imaginaires d’une scène tout aussi inimaginable. Lui, Monsieur R. Moi, Monsieur G.

–       Monsieur R : Vous avez postulé à un poste de chargé de communication spéciale. Qu’avez-vous de si spéciale ?

–       Monsieur G : Je pense combiner à la fois des compétences éditoriales et techniques, une expérience des outils de… [interruption par Monsieur R]

–       Monsieur R : Ca, on s’en fout. Je veux savoir qui vous êtes, vraiment, mais VRAIMENT hein !

–       Monsieur G [éclaircissement de la gorge] : Je suis quelqu’un qui aime travailler en équipe, de flexible… [interruption brutale par Monsieur R]

–       Monsieur R : C’est bien ça la flexibilité. Vous aimez donc les déplacements à répétition, les heures supplémentaires, le travail la nuit le weekend, dans une entreprise sans stabilité au turnover effroyable où vous êtes le larbin pour des imbéciles et travaillez pour des cacahuètes dans une ambiance exécrable.

–       Monsieur G [en bon sado-maso] : Oui, j’aime ça !

–       Monsieur R [affichant un sympathique sourire de tueur] : Parfait. Et quelles sont vos prétentions salariales ?

–       Monsieur G : Je pensais à… [interruption abracadabrante par Monsieur R]

–       Monsieur R : Je plaisantais bien sûr. Le taux horaire est aligné sur le Bangladesh, mondialisation oblige. COMPETITIVITE Monsieur !

–       Monsieur R [encore] : Dernière question : pouvez-vous me définir l’herméneutique, l’épistémologie et une hémistiche ?

–       Monsieur G : C’est une bonne question !

–       Monsieur R : Vous avez bien fait hypokhâgne, khâgne, non ?

–       Monsieur G : J’ai aussi fait un stage dans la Légion étrangère…

Les scènes qui suivent ont été censurées pour ne pas heurter les plus jeunes spectateurs et âmes sensibles. Veuillez nous en excuser. Merci.

La Direction monsieurpapillon

La leçon d'Eugène Ionesco
La leçon d’Eugène Ionesco
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s