L’idiot regarde le doigt

Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. En politique, cette expression n’a jamais été aussi vraie. Aux temps des Romains, les puissants organisaient les cirques et combats de gladiateurs pour contenter la plèbe. Du vin et des jeux, que demander de plus !

Aujourd’hui, les choses n’ont pas beaucoup changé. Alors que l’Europe et la France traverse une crise existentielle, structurelle qui nécessiterait des réformes de fond, alors que le chômage et la précarité sont devenus des lieux communs, le gouvernement a choisi de mener la politique de l’autruche. On fait semblant de ne pas voir les « vrais » problèmes et on se gargarise d’une politique sociétale. Le groupe de réflexion de gauche Terra Nova avait fortement suggéré aux dirigeants du PS d’attirer une nouvelle sociologie d’électeurs portés par des valeurs progressistes plutôt que de s’acharner sur l’électorat ouvrier qui serait aux mains du FN. Ça donne ce que nous sommes en train de vivre, c’est-à-dire une ribambelle de mesures progressistes pour le mariage et l’adoption des gays, pour l’euthanasie, pour le droit de vote des étrangers, etc. Les exemples sont nombreux. Et si le combat politique pour plus d’égalité des droits concernant certaines catégories de la population est nécessaire, il convient d’admettre que le PS ne fait rien d’autre. Nous sommes en face d’une gauche progressiste et libérale, qui sacrifie le « social » mais revêt sa politique de quelques avancées sociétales et continue de mener une politique économique libérale. Alors loin de moi d’être un marxiste, mais force est de constater l’incapacité de la gauche, pourtant fière de ses racines intellectuelles (Sartre, Bourdieu …) d’accoucher d’un modèle autre, d’une autre vision du monde. Les mesures sociétales sont de la poudre aux yeux pour des citoyens qui ont des priorités différentes. En temps de crise, ce qui intéresse les Français est bien simple. Ça se résume en quelques mots : un travail, un logement et la santé. Tout gouvernement qui n’est pas capable de répondre à ces trois revendications échouera à coup sûr.

Aussi en termes de stratégie électorale, nous sommes en train d’assister selon moi au suicide de la Gauche. Le PS adopte en effet une stratégie de niches, stratégie communautaire qui vise à attirer le milieu gay, les « bobos » parisiens, les jeunes cadres dynamiques dans les secteurs de l’art, la culture et la communication. C’est oublier que la majorité des électeurs du PS sont avant tout des employés et des ouvriers. La Gauche a aujourd’hui tous les pouvoirs, elle ne peut pas raisonnablement faire l’impasse sur les sujets qui préoccupent vraiment la société française. L’attitude est tout simplement absurde. Elle montre à quel point le PS est coupé de ses électeurs et des réalités. A moins que ce soit le résultat d’une volonté politique d’omettre les sujets qui fâchent en espérant déguiser son impuissance par des mesures de société.

Mais les Français ne s’y trompent pas. Pendant que l’on jette des pierres à Gérard Depardieu, c’est la réforme fiscale des membres de l’Union Européenne qui devrait être sur la table. Pendant que l’on sauve péniblement à coups d’insultes et d’euros mal dépensés quelques emplois ouvriers à Florange dans une industrie qui va dans le mur de toute manière, la destruction d’emplois continue et l’industrie n’est pas la seule concernée. L’augmentation ridicule des revenus de solidarité, une goutte d’eau dans un océan de pauvreté, ne cache en rien la faiblesse des pouvoirs publics à créer des emplois.

La Droite a un boulevard devant elle, encore faut-il qu’elle ne s’arrête pas à décrier l’immigration. Encore une fois, c’est un faux problème. Réforme des impôts vers plus de simplification, réforme des retraites avec capitalisation de fonds de pension, réforme de la Sécu en association avec les mutuelles, réforme du millefeuille administratif français, réforme du contrat de travail vers de la flexi-sécurité, … Il convient aussi plus que tout poser la question de l’intégration européenne et du processus d’une Europe fédérale.

Il y a tellement de sujets à traiter qu’il est dommageable que personne ne s’y attelle sérieusement. Voilà les problèmes, il ne reste plus qu’à trouver des solutions, s’inspirer des bonnes pratiques en Europe et à l’international. Mais après, je ne suis peut-être qu’un idiot.

L'idiot regarde le doigt
L’idiot regarde le doigt
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s