Soirées municipales ou la cour des oracles

Avant les hommes de pouvoir lisaient l’avenir dans les entrailles d’un poulet. Aujourd’hui, c’est tout pareil. Bien malin est celui qui peut déchiffrer, dès l’annonce des résultats, la réelle signification du vote. Pourtant tous les politiques invités sur les plateaux de télévision détiennent la vérité.

Oh boule de cristal, oh boule de cristal, je vois, je vois…

Je vois mon propre reflet. Plus qu’une boule de cristal, il s’agit d’un miroir qui ne dévoile que le reflet de l’intéressé. Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle… Narcisse, vous avez dit ? Chacun voit midi à sa porte. Le vote des Français selon les Verts équivaut à plus d’écologie. Les Rouges (PCF, Front de Gauche, Gauche de la Gauche avec Benoît Hamon) pensent que les Français veulent plus de justice sociale. Les Bleus (UDI, UMP), quant à eux, estiment que les Français veulent des baisses d’impôts.  Et le FN joue la carte du populisme : « Gauche ou Droite, tous pareils ». Le tout est relativement bien rôdé, chacun à son tour prend la parole pour dire sa vision des choses. Le rythme est entrecoupé des interventions télévisées, les résultats des élections s’affichent sur l’écran, ville par ville, et les journalistes commentent (spéculent ?) en boucle les mêmes données pour dire 10 fois la même chose de manière un peu différente. Voilà, c’est fini. 4 heures épuisantes qui ne servent pas à grand-chose. Le citoyen lambda peut (enfin) aller se coucher.

C'est toi, Marine ?
C’est toi, Marine ?

Fact-checking (ou vérification des faits en Français, mais ça sonne moins chic)

  •        2007 : victoire de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles
  •        2008 : vague rose aux élections municipales
  •        2012 : victoire de Hollande aux présidentielles contre Sarkozy
  •        2014 : tsunami bleu aux municipales

Si l’on croit les commentateurs de droite, les Français sont amnésiques. Après avoir désavoué 2 fois Nicolas Sarkozy et son équipe (municipales de 2008 et présidentielles de 2012), ils chantent le retour de la droite, et pourquoi pas, soyons fous, de Nicolas Sarkozy. Si l’on croit les commentateurs de gauche, les Français sont débiles. Ils utilisent les élections municipales (2008 et 2014) pour venir dénigrer un choix qui ne date que d’un an (Nicolas Sarkozy en 2007) ou de 2 (François Hollande en 2012).

Gauche, Droite, quand y’a marre, y’a carambar

En fait, les Français ne sont ni amnésiques, ni débiles, et même loin de l’être. Ils ne font qu’exploiter un système politique presque exclusivement basé sur le bipartisme. Donc quand on en a marre à gauche, on vote à droite, et vice-versa. Sauf que ça ne sert à rien… Mais me direz-vous, il y a plusieurs partis en France. C’est vrai. A gauche, il y a le cœur avec le Parti Socialiste, et ses alliés plus gauchos (PCF, Front de Gauche) ou plus écolos (les Verts). Au sein du PS, il y en a pour tous les goûts : « gauche libérale » avec Manuel Valls et « gauche de la gauche » avec Benoît Hamon et Arnaud Montebourg. A droite, il y a le cœur avec l’UMP, et ses alliés plus centristes (UDI, Nouveau Centre et Modem) ou plus à droite (« droite populaire », « droite forte »). Et le FN ? J’y viens, patience. Aucun des partis traditionnels n’est en capacité d’offrir le « changement » tant fantasmé. Et que ce soient les Verts ou le Modem, ils ont échoué à être de véritables alternances politiques. Les Verts sont trop rattachés à la gauche, alors que l’écologie ne devrait être ni de droite ni de gauche (d’où le refus d’entrer au gouvernement ?). Le Modem est, quant à lui, bien seul. Le Centre isolé n’a pas réussi à conquérir le pouvoir, et le Modem semble aujourd’hui se rapprocher de nouveau de la droite comme le confirme le soutien d’Alain Juppé à François Bayrou pour sa candidature à la mairie de Pau. En réalité, et vous imaginez bien que ça m’arrache la gueule de le dire, c’est le FN qui incarne le renouveau politique. Facho ! Et oh, calmez-vous, je m’explique.

changement-de-slip

Droite, Gauche, c’est Marine Le Pen qui distribue les patates

Marine Le Pen, contrairement à son cher Papa dans la provoc’ constante (camps de concentration et détail de l’histoire…), veut un jour diriger la France. Sa mégalomanie va de pair avec une stratégie électorale bien huilée. Le FN, par son passé couleur « bottes brunes », laisse un « je ne sais quoi » amer dans la bouche. Le logo, la flamme bleu / blanc / rouge, ça fait pas très modéré. Donc Marine applique la méthode smoothie ou diet coke. C’est tout l’enjeu du Rassemblement Bleu Marine ou RBM pour les intimes. Mettre au placard l’historique gênant du FN, et revenir avec une version soft / light qui a changé de nom, de logo, mais qui propose les mêmes idées (les provocations en moins).

Source : http://caricaturiste.canalblog.com/
Source : http://caricaturiste.canalblog.com/

Le FN reste le cœur de l’édifice, apporte les fonds, forme et formate les candidats, mais se cache derrière son porte-drapeau marketé plus acceptable socialement : le RBM. Cette illusion d’optique ou tour de passe-passe ne devrait pas tromper les républicains convaincus, mais les autres peuvent se laisser tenter (et les « autres » sont nombreux). Certains Français, bernés par l’effet « vu à la télé », voient le RBM comme l’incarnation du renouveau, ce changement tant attendu face à un ras de bol généralisé. Mieux ou pire (selon le point de vue), le RBM par sa nouveauté et virginité politique supposées, a besoin de petit personnel pour envahir les circonscriptions. Le RBM offre donc une place à des Français issus de la société civile et les invite à participer à la vie politique. Aussi les cadres du FN donne à voir de nouveaux visages… S’ensuit le sentiment d’un parti citoyen, répondant à la préoccupation des « vraies gens », de cadres non déconnectés de la réalité. C’est bien cette menace « tous les mêmes » et « toujours les mêmes » que les partis traditionnels doivent prendre en compte, au risque de laisser un boulevard à une forte blonde au sourire carnassier. N’en doutez pas cependant, le FN ou RBM c’est la même chose, y’a comme qui dirait une odeur. Vous pouvez feindre de ne pas voir l’énorme hippopotame dans la salle assis à côté de vous, mais lui, il finira bien par vous bouffer.

Y'a pas un éléphant dans la pièce ?
Y’a pas un éléphant dans la pièce ?

AMEN MES AMIS.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s