L’État, c’est les autres.

3 heures du matin. Heure rêvée pour parler politique avec les insomniaques, zombies et autres créatures de la nuit type Christine Boutin. Au cours d’une discussion rosé – politique – grillades – une expression est revenue dans la bouche d’un des assaillants : « c’est à l’État de faire ci et ça… », comme j’entends de nombreuses fois également « je paye mes impôts donc je laisse l’État s’en occuper ». Dans notre pure tradition française et jacobine, nous avons tendance à parler beaucoup d’État en termes positifs et négatifs, en demandant plus d’État ou moins d’État. Mais au fait l’État, c’est qui ?

L’État en grâce

Par les conversations ici ou là, j’ai pu comprendre que par l’État, on se référait par exemple à la classe politique au pouvoir : le président, le gouvernement, la majorité parlementaire – et plus globalement aux responsables politiques. Dans ce sens, rejeter la responsabilité sur l’État reviendrait à critiquer les hommes politiques. Classique. Rien de nouveau. Sauf quand on connaît la décrépitude des relations et manque de confiance des Français envers ces mêmes hommes politiques, on se demande parfois : mais pourquoi appeler de nos voeux leur action quand c’est justement leur inaction qui les caractérise si souvent. Pour aller plus loin dans l’analyse, je pourrai ajouter que l’État fonctionne à la manière d’une hyper-notion, comprendre expression bâtarde regroupant des réalités assez éloignées sous une même notion « l’État ». Donc l’État, c’est pour faire court ceux qui nous gouvernent, et ceux qui nous gouvernent sont drôlement nombreux : il y a la classe politique certes, mais aussi l’élite administrative (l’ENA notamment et voyez comment les énarques sont mal jugés par les citoyens) et toute la bureaucratie formée des fonctionnaires à tous les échelons territoriaux (national, régional, départemental, communal). Bref le monde entier nous encadre dans notre quotidien. J’ai fini par saisir que sous cette apparente réalité que cachait « État », il y avait surtout tout ce qui ne relevait pas de ma responsabilité. L’État, c’est les autres, et les autres pour plagier l’un c’est l’enfer…

Donc énorme paradoxe, les Français en veulent à l’État, cette réalité difforme et confuse de ne pas régler tous les maux dans notre beau pays, tout en voulant pour beaucoup se débarrasser d’une bureaucratie étouffante. Que voulez-vous bon sang ? L’État est en fait un prétexte bien commode pour ne pas se saisir des réalités et surtout attendre qu’un autre résolve nos difficultés. L’État est bien « le plus froid de tous les monstres froids » comme dirait Nietzsche, mais parce qu’il ne renvoie à rien, et à surtout esquiver nos propres responsabilités. Nous le savons désormais, il n’y aura pas un nouvel homme providentiel pour venir nous sauver, il faut arrêter de croire au Père Noël. C’est bien de nous qu’il s’agit quand on parle d’État. L’État, ce sont nos milliers de fonctionnaires payés par nos impôts, et donc quand je parle d’État, je devrais m’inclure dans celui-ci. Trop simple de s’en défaire comme si les problèmes ne me concernaient pas.

Libéral, je pense que « l’État » est très présent voire trop en France. Mais l’heure n’est pas aux dogmes. L’État c’est mon problème et c’est aussi ton problème. Adam Smith veut nous faire croire que la poursuite de nos intérêts égoïstes permettrait le bien commun. Peut-être. Ou peut-être pas. Mais une chose est sûre : la poursuite individuelle (c’est à dire à notre échelle) de solidarité, d’écologie, d’éthique…, ne peut pas nous faire du mal. Et si, tout simplement, l’État était l’addition de nos aventures individuelles pour mieux vivre ensemble ?

Le Léviathan - Thomas Hobbes (1651)
Le Léviathan – Thomas Hobbes (1651)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s