Juppé 1. Sarko 0.

ça va être sympa pas les dîners à l'UMP
ça va être sympa les dîners à l’UMP…

Alain Juppé a tapé Nicolas Sarkozy là où ça fait mal. Il a mis ses convictions sur la table. Certes, on peut y voir un calcul politique pour préparer 2017. Mais que dire de Nicolas Sarkozy, politicien parmi les politiciens, jouant la carte de la démagogie, du populisme sans aucune vergogne. Sarko, lui aussi, calcule. À la tête de l’UMP, l’ancien président, qui n’était jamais vraiment parti de la scène politique, caché dans les buissons pour mieux réapparaître, est revenu tel le fantôme de l’Elysée, et veut bien saisir sa deuxième chance pour reconquérir le sommet de l’État une seconde fois. Nicolas Sarkozy sait bien que de nombreux militants UMP sont sur une ligne dure et que beaucoup sont prêts à franchir le pas ou tout du moins danser un tango et une valse avec le Front National. Il hésite, opte pour une ligne floue, ni Parti Socialiste, ni Front National, pas de consigne de vote car les électeurs du Doubs sont assez grands. Certes, il ne s’agit pas d’infantiliser les électeurs, mais il y a une ligne qui a été franchie. Chirac était intraitable avec le Front National. Il y avait la volonté d’afficher les couleurs républicaines de la droite. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Et c’est inquiétant. Alain Juppé a raison de ne pas jouer avec le feu. On disait Nicolas Sarkozy fin stratège, siphonnant en 2007 les voix du FN. Mais 2012 est la défaite de cette tactique politicienne. L’élection s’est jouée au centre. Pourquoi persister ? 2017 sera encore plus incertain avec une Marine Le Pen plus forte que jamais. L’UMP, ce n’est pas la première fois que je le dis (voir le retour du bâton), doit s’affranchir de cette tentation populiste, nationaliste, conservatrice. Il faut ouvrir les élections primaires aux sympathisants du centre et de la droite, ne pas laisser une poignée de militants décider pour nous, adhérer à l’UMP (ici) et voter pour la République.

« Si j’étais électeur de la 4e circonscription du Doubs, je sais ce qu’en mon âme et conscience je ferais : pour barrer la route à une candidate FN qui croit, entre autres choses, « en l’évidente inégalité des races », je ne m’abstiendrais pas, je voterais pour le candidat qui l’affronte, c’est-à-dire le candidat PS »

Alain Juppé sur son blog

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s