Le flou comme stratégie politique

Vous avez dit flou ? mon programme ? quel programme ?
Je ne pointe du doigt personne… malheureusement… la politique aujourd’hui a le goût du mirage…
Flou, si flou, qu’Alain Affleflou en perd ses lunettes.
Comme je le lisais dans un hebdomadaire de gaucho ‘frustrations’ (l’antithèse de ‘l’opinion’ si vous voulez, mais je lis TOUT) le recours aux figures de l’Histoire avec un ‘H’ est un bon moyen de nous flouer. Sarkozy citant Jaurès… tout va bien…
Quelle importance me direz-vous ? Le citoyen ne vote pas pour un programme, puisqu’il ne le lit pas… et d’ailleurs nos hommes politiques ne se sentent pas dans l’obligation de respecter le programme quand ils ont en un…
« les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient »
Je me souviens encore des cours d’Alain Blondy qui nous expliquait avec sa voix d’outre-tombe que la communication politique c’est l’encul*** sans vaseline… après réflexion, c’était pas complètement faux.
Le favori des sondages n’est autre que Macron qui présente son programme le 2 mars, à quelques semaines seulement de la présidentielle… pas pressé le gars d’En Marche!
 Et si vous vous souvenez, ce n’est pas si lointain, Hollande le (toujours) président de la République était vu comme le roi de la synthèse… la fameuse synthèse hollandienne… à comprendre la synthèse molle, car par essence vague, floue…
En fait si le flou est devenu une stratégie politique, c’est que le politique est perçu comme accessoire, c’est un accessoire de mode, une mode qui change tous les mois. Fini le temps des idéologies et des idéologues, c’est bien mieux (ah bon…) ! Fini les théories de Marx et consoeurs ! Maintenant place au pragmatisme ! Le pragmatisme (qui est une idéologie sachez-le par ailleurs) a ceci de pratique qu’il est adaptable, qu’il n’a pas vraiment besoin de fil rouge, de ligne d’horizon. On peut changer d’avis… d’ailleurs sauf les imbéciles ne changent pas d’avis, non ?
Voilà mes amis, à l’approche du grand vote électoral, n’oubliez pas ceci. On vous a floué… On vous dit n’importe quoi quand le discours s’y prête. Et pour diriger un pays, quoi de mieux que des concepts « bateaux », des mots « valises » qui peuvent tout et rien dire : mobilité, réussite, participation, co-construction…
Le parallèle avec le monde de l’entreprise est imparable, le flou ça passe (un temps), ça permet (un temps) d’entretenir l’illusion d’une vision…
Pour un pays, c’est quand même gros, non ?
Alors ne vous faites pas berner. Demandez des comptes ! ça veut dire quoi ça ? pourquoi ? pourquoi ? et pourquoi ?
Le questionnement, toujours… pour ne plus être pris pour des cons.
(ou achetez-vous des lunettes).
si vous ne voyez rien, c'est bien normal
si vous ne voyez rien, c’est bien normal
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s